La lutte contre la pollution aux particules fines est le combat majeur de la
vignette anti-pollution. Tuant plus de 48000 personnes en France chaque
année, la mauvaise qualité de l’air est la seconde cause de mortalité en France. Qu’est ce que les particules fines et quels en sont les effets sur notre
organisme ? Comment peuvent-elles être combattues ?

Qu’est ce que les particules fines ?

Les particules fines appelées aussi PM (particulate matter) sont de la poussière portée par l’eau ou l’air. Dans le cas de pollution de l’air, les particules fines sont créées par des combustions partielles. La fumée d’une cigarette, d’une cheminée ou un pot d’échappement émettent énormément de particules de plus ou moins grandes tailles, appelées aussi imbrûlées. Ces particules sont classées selon leur taille, les PM10 sont par exemple des particules en suspension inférieures à 10 micromètres de diamètre. Durant les deux derniers siècles, les activités humaines sont à l’origine d’une forte augmentation des particules fines dans l’air, qui étaient uniquement d’origine naturelles au départ (volcan, désert, incendie).

Quels sont les effets des particules fines sur notre santé ?

Enjeu majeur de santé publique, la pollution atmosphérique provoque 48 000 décès prématurés en France chaque année. Les particules fines pénètrent dans nos poumons, créent des inflammations et aggravent des pathologies pulmonaires et cardiaques. Elles peuvent également être cancérigènes. Elles représentent un risque sanitaire important dans les grandes métropoles des pays développés. Il a été clairement identifié que les particules fines sont à l’origine d’une croissance de la mortalité. L’exposition continue à un air médiocre étant plus nocif qu’une exposition ponctuelle à des pics de pollution.

Limiter le taux de particules fines dans l’air grâce au certificat d’air.

L’objectif de qualité de l’air est de limiter les PM10 à une moyenne de 30 µg/m3 par an. Pour les PM2,5, les avis sont partagés, il n’y a aucune réglementation précise.
L’Union Européenne recommande une moyenne annuelle de 20μg/m3, le Grenelle de l’environnement 15μg/m3, et l’OMS 10 μg/m3. Pour atteindre ces seuils, le gouvernement a mis en place le Certificat qualité de l’air ou vignette anti-pollution, indiquant la classe environnementale de chaque
véhicule en fonction de son taux de polluants émis dans l’air. Certaines interdictions de circulation ont été mises en place dans les plus grandes villes de France,notamment les villes les plus polluées comme Paris, Valenciennes, Strasbourg et Lille. A chaque pic de pollution, des mesures supplémentaires peuvent être mises en place ponctuellement. L’objectif est, à terme pour la vignette anti-pollution, d’étendre son système à toutes les villes et agglomérations de plus de 100.000 habitants.